Big things have small beginnings.

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dr. Elisabeth Shaw
« Final report of the vessel Prometheus. The ship and her entire crew are gone. If you're receiving this transmission, make no attempt to come to its point of origin. There is only death here now, and I'm leaving it behind. It is New Year's Day, the year of our Lord, 2094. My name is Elisabeth Shaw, last survivor of the Prometheus. And I am still searching.»
Lt. Ellen Ripley
« Final report of the commercial starship Nostromo, third officer reporting. The other members of the crew, Kane, Lambert, Parker, Brett, Ash and Captain Dallas, are dead. Cargo and ship destroyed. I should reach the frontier in about six weeks. With a little luck, the network will pick me up. This is Ripley, last survivor of the Nostromo, signing off.»


Partagez|

///////

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Michelangelo
Messages : 383
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: /////// Ven 25 Mar - 6:57

Encore un autre frag qui me fait enrager puisque ce petit con m'a buté d'un headshot que je n'ai vu arriver. Alors quand Annalynne se met à grogner dans son coin, je préfère ne même pas y prêter attention. Il doit s'agir encore d'un contretemps venant de son père, encore une autre condition sinequanone à laquelle elle va devoir se plier pour acquérir le titre de PDG de sa société. Bref, ce sont des choses qui ne me regardent plus depuis qu'elle m'a très clairement fait comprendre que je ne suis qu'un passe-temps qu'elle " aime " mais seulement que temporairement.  « Éteint.» Je lui laisse un instant le bénéfice du doute, préférant ne pas croire ce que viens d'entendre, qu'elle vient de me donner un ordre chez moi, sur mon propre territoire, mes plates bandes. Mais son regard se fait persistant, je le ressens et jette donc un œil mauvais vers elle puisqu'elle veut, semble-t-il, entamer une énième querelle dont je ne connais encore la raison. Mais sa tentative sera vaine puisque je me replonge presque aussitôt dans mon jeu, dans mes actions, les doigts crispés sur les différents boutons et prêt à dégainer si Jason tente une autre traitrise au lieu de m'épauler comme il en avait été dès le début question.

Et pourtant je m'arrête net lorsque je la vois se diriger avec détermination devant la télévision, ne bouge pas d'un trait mais l'observe avec nervosité appuyer sur l'interrupteur. Par instinct, j'ai de même mis pause sachant pertinemment que de l'autre coté de Cambridge, ce petit con se fera une joie de profiter de mon impassibilité pour me démonter sans le moindre remord.  Mais pour l'heure, c'est à un autre jugement auquel je me confronte: celui qui réside dans le regard de ma compagne sur le point d'exploser et qui préfère subitement se détourner, fuir le mien comme si à présent elle ne savait comment se justifier. " Si t'as quelque chose à me reprocher, accouche. J'ai une partie à terminer. " C'est alors qu'elle lâche un soupir avant de s'en retourner vers la cuisine d'où elle retire de son sac un papier. Voilà, c'est ce que je pensais:  Son père est au courant et il veut la désavouer avec cette injonction tout droit sortie de la plume de son avocat Maitre Perez. Ce n'est que lorsqu'elle se rapproche suffisamment que j'entrevois le logo estampillé sur l'enveloppe qu'elle ouvre précipitamment. Pas un cabinet mais celui d'un laboratoire d'analyses, celui-là même qui me fait mes prises de sang assez régulièrement. Pris d'une certaine inquiétude à son sujet, j'attends qu'elle étale du plat de la main ce qu'elle contenait pour la voir, dans sa colère grandissante, m'arracher la manette des doigts et la jeter un peu plus loin, à l'autre bout du canapé. " Hey t'as fini de te branler? " . Mes yeux n'ont pas quitté ceux d'Annalynne et machinalement lâche avec sévérité " J'te rappelle plus tard " pour couper court à la conversation en retirant l'équipement qui trouvait place le long de ma mâchoire.  

Il est impossible que je lui ai refilé une saloperie, j'en ai fait des tests après avoir quitté Amy, aucun risque. Alors je quitte le confort souverain de mon canap en me redressant, une paume sur une jambe et l'autre qui agrippe cette lettre qu'elle souhaite plus que tout me voir étudier. Hormone Gonadotrope Chorionique... Rien qu'au titre déjà, je n'y comprends strictement rien mais le reste en gros caractères ne laissent rien présager de bon. Pas une Mst, mais bien plus sérieux. La date de ses dernières règles dépasse d'un bon mois et quant au reste, même si je saisis pas vraiment ce qu'est cette unité " mUi " par millilitre, il suffit tout connement de se reporter à ce qu'il y a en-dessous pour l'interpréter en " semaines de grossesse " ce qui a le dont de me dérouter. Je n'ai même pas l'idée de chercher quand cela à bien pu se passer, encore rivé sur ce malheureux nombre qui signifie que je l'ai... fécondée.    

Je ne trouve rien à redire à cela, dans l'incapacité d'imaginer ce qu'elle doit ressentir vu que je suis moi même dépassé par cette nouvelle. Y'a pas que toi Annalynne dont la vie va changer, la mienne également mais tu es sans doute encore trop immature et égoïste pour l'assimiler. Je me masse encore nerveusement le visage à la relecture de ce bout de papier. C'était un risque, une chose qui devait tôt ou tard arriver, même sa pilule ne pouvant entièrement la protéger. " C'est..." A trop s'épancher dans le luxure et la volupté, voilà ce qui nous pendait tristement au nez.   " C'est certain? " Comme si je pouvais en douter, passer maintenant à coté de ses détails, ses nausées matinales qui viennent de se déclencher. Mon visage contrarié vient se confronter au sien et curieusement ce qui m'ébranle d'avantage sont ses mains, posées sur son ventre, renforçant dans mon esprit cette idée qu'elle puisse vraiment être enceinte. « J'en veux pas. » C'est trop tôt pour arriver et bien que je partage son opinion, que je comprenne sa position, je ne peux me résoudre à l'idée que c'est aussi une partie de moi - même infime mais sans doute la meilleure, tout ce qui pourrait subsister et la preuve de mes sentiments pour elle - dont elle veut se voir ôtée.   " Si tu as déjà pris ta décision, pourquoi m'en parler? " C'est vrai, il lui suffisait de prendre rendez-vous dans la foulée pour s'en débarrasser et rien n'aurai filtré de son petit problème puisqu'elle a déjà fait son choix sans me consulter. Je me relève et pose calmement le papier sur la table basse, " C'est mieux comme çà " , pour me rapprocher de coté. Pas de face, non, c'est une chose que je suis dans l'incapacité d'assumer, avant de tourner la tête vers elle et de lui souffler fielleusement " t'aurais pas eu les hanches pour le porter " . Peu importe si mes paroles sont déplacées puisque son choix est déjà fait et que même après çà, j'imagine que plus jamais elle ne me laissera la toucher par crainte que cela ne se reproduise. Je n'ai plus rien à perdre à présent, même pas l'ombre de ses sentiments.

Et bien trop à cran pour pouvoir réfléchir à la portée de mes gestes ou de mes dires, je vais rechercher machinalement dans un coin de tiroir ce qui me manque depuis un certain temps, empoigne un paquet qui trainait là depuis des quelques mois et le briquet l'accompagnant. Par habitude, le geste est resté inscrit dans ma mémoire et juste avant d'en faire jaillir une flamme, je la toise une dernière fois tout en marmonnant la clope entre les dents. " Tu permets? On s'en fout après tout. "
Revenir en haut Aller en bas
http://tmnt.forum-actif.net

///////

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TMNT :: Archives topics-